Bientôt – Soon – Weldra

  • Le musée est en cours de création
  • Rite de la deposito, l'ancêtre des bizutages
  • Bizuths des années 1990, attachés l'un à l'autre en études de santé.
  • Carnaval étudiant de Caen en 2011
  • Bizutage des années 1990
  • Propos sur le bizutage
  • L'éthique dans les rites de bizutage, dessin de l'artiste commandant RoSWeLL
  • Le patrimoine étudiant décrypté par l'art et les sciences
  • Bientôt le Musée des rites étudiants et du bizutage ouvrira ses portes

Gaudeamus Igitur

Gaudeamus Igitur est le titre du plus ancien chant connu des étudiants. Avant même les Carmina Burana. Le musée des rites étudiants et du bizutage prends donc ce nom qui révèle, sans dévoiler, l’ensemble du processus des rites de bizutage. Les mots Gaudeamus Igitur signifient «Réjouissons-nous» et expriment à eux seuls les valeurs dites rabelaisiennes. C’est un chant pouvant être pris au premier degré, comme lorsqu’il est chanté lors des remises de diplômes, ou au second degré en tenant compte des derniers mots «Que soient maudits les railleurs», c’est à dire eux-mêmes, les étudiants goliards qui ont mis en place les «deposito» , l’ancêtre des bizutages, dans les universités d’Europe.

Pourquoi valoriser les bizutages?

Sensibilisation et formation

Ce projet est la mise en œuvre d’un concept de sensibilisation et de formation, qui est adressé pour tous les acteurs sociaux universitaires ou de l’enseignement supérieur, concernant l’épineux cas des rites des étudiants, et du bizutage en particulier.

Artiste et chercheur en sciences humaines, Quentin Delanghe, connu sous le pseudonyme d’artiste de commandant RoSWeLL enquête sur la thématique des rites des étudiants. Comprendre ce qui peut pousser des jeunes personnes à pratiquer un rite qui, aux yeux de la loi française, est devenu illégal. Cette recherche a pour perspective de découvrir et valoriser les aspects positifs de ces rites, tout en travaillant à mettre en évidence et à supprimer leur caractère nocif.

En effet, il n’entre pas dans le cadre de ce projet de prétendre que tout est à préserver dans les rites de bizutage, et ce qui entre dans le cadre de la loi doit rester interdit.

Il est intolérable de subir des sévices moraux ou corporels, qu’ils soient consentis ou non, dès lors qu’ils placent une personne en danger.

Malheureusement la loi n’a pas su définir ce qu’est un bizutage, et elle doit se contenter d’opérer un traitement symptomatique fort mal exploré.

L’affaire du Bitu Magnifique

Ou comment se prendre les pieds dans le tapis

Le Vice-Recteur Philippe Hiligsmann a jeté, en ce début avril 2021, un pavé dans la mare des traditions étudiantes. Il a proposé aux étudiants, comme cela s’est déjà produit en Flandres, de procéder à court terme, à une humanisation des chants paillards contenus dans le Bitu Magnifique. Devant la montée des protestations, il compte transformer le projet provisoirement en colloque pour la rentrée.

La page Chantons pour passer le temps évoque bien l’utilité des chansons depuis la nuit des temps. Moyen mnémotechnique et prophylactique, elle offrait, tout comme les contes ou les adages, des façons de se prémunir face à des dangers. La chanson, fut elle grivoise, scatologique, ou paillarde est un enseignement.

Ce que Eric Corijn, sociologue et philosophe de la culture à la VUB énonce dans l’article du Soir, n’est que l’émission d’une opinion personnelle, autant dénuée de fondement que de scientificité.

« Mais il y a encore trop d’académiques qui pensent à leur propre jeunesse et croient que ces textes font partie de la normalité de l’étudiant universitaire. Or, cela ne fait pas partie de la normalité. C’est un relent de l’université de papa, qui devait reproduire la bourgeoisie, la classe dirigeante. »

Eric Corijn

Que ce monsieur soit « Pour le politiquement correct » est entièrement son droit, mais faire passer cela auprès de la population sur un titre de Docteur tout en prenant de haut la culture universitaire laisse perplexe.

« En réalité, ces anciennes traditions ont la vocation de s’éteindre. Les maintenir et les moderniser ne sert à rien. Car elles n’ont pas pour but de faire la fête, mais de maintenir une corporation. »

Eric Corijn

Nous pensons que ce brave homme, grassement payé pour produire un article en ce sens, ne mesure pas la portée de son vocabulaire. Il confirme en quelques mots jubilatoires que le but est de supprimer le corporatisme.

Et comment définir l’université autrement que par le terme de corporation? Il est dès lors du devoir du Recteur de replacer les vraies valeurs au centre du débat.

29 avril 2021 Q.D.

Services

Décryptage des rites de bizutage

Conçue pour les acteurs sociaux des universités et institutions du supérieur, l’approche Gaudeamus Igitur est organisée pour permettre de comprendre ce qui se passe à l’intérieur des rites de bizutage. En vous présentant les invariants qui s’y produisent selon les multiples traditions, et les différents pays, tenter d’en dégager le sens en s’appuyant sur les rites du passé, et dégager leur utilité. Dès lors, les choses s’éclaircissent et vont vous permettre de mettre en place des procédures qui permettront de préserver l’utile en dégageant le nocif.

Approche muséale

En faisant appel autant aux collectionneurs, qu’aux associations internationales de préservation des traditions étudiantes, nous proposerons au travers des salles du musée, une immersion dans les mondes étudiants.

Par le travail de l’artiste commandant RoSWeLL, nous permettrons aux visiteurs de se confronter aux effets bénéfiques et nocifs des rites, recueillir leurs témoignages, et nous proposerons une mise en place d’expositions temporaires.

Expositions sur mesures

Dans le futur, notre expertise nous permettra enfin de mettre en place des outils pédagogiques sous la forme de modules multimédias accessibles via le web. Ces modules peuvent être mis en place par tranches de 24 heures consécutives, et accessibles via le web sur un simple appareil connecté.

Réactualisons ensemble les atouts des rites universitaires en supprimant la nocivité de la poussière des âges.

Témoignages

Cité en 2019, à la page 13 du mémoire
« L’usage du latin dans le folklore estudiantin néo-louvaniste »

« Nos premiers informateurs furent Quentin Delanghe, artiste et chercheur en folklore estudiantin plus connu sous le nom de Commandant Roswell et Loup Damman, archiviste de l’Ordre Souverain de la Calotte. Ils nous ont gentiment indiqué divers ouvrages et personnes de référence, parmi lesquels les syllabi de Jacques Koot, Io vivat ou les étudiants de l’université et d’Akim Willems, Een historisch-etymologische en verklarende wandeling doorheen de Studentencodex. Qu’ils en soient remerciés.  »

Caroline Muller

Interview le 8 mars 2021 de l’écrivain du roman noir
« Delcambre est un con »

« Il y a plusieurs sources on va dire, il y a la première c’est interroger les vivants.
Les vivants c’est, en priorité, pour tout ce qui concerne l’histoire, c’est des gens qui ont un petit peu, on va dire, d’années derrière eux de folklore. Donc interroger des figures incontournables du folklore faluchard, qui ont bossé sur l’histoire. Je pense notamment à Manuel Ségura, et je pense aussi à commandant RoSWeLL qui sont pour moi les deux personnes qui ont le plus travaillé le sujet.
 »

Pierre Blaignon, écrivain
Editions L’Anpèbre

Source : L’ANPEBRE

Cité le 11 mars 2009 dans le journal http://www.nordeclair.be
«  Commandant ROSWELL  »

« Il était l’artiste idéal pour prendre part à semaine culturelle de «La Mouscronnoise» car son thème de prédilection concerne tout ce qui touche au folklore estudiantin, des baptêmes aux guindailles.»

Nicolas Rooze

Cité le 04 août 2017 dans le journal Ouest-France par
« Embarquez dans les rites étudiants avec Commandant RoSWeLL  »

« Désormais considéré comme un délit au regard de la loi, le bizutage remonte au Moyen-Âge, voire l’Antiquité. Cette Question de l’initiation étudiante taraude le plasticien Commandant RoSWeLL depuis trente ans. »

Nathalie Lecornu -Baert.

Obtenez notre brochure gratuite

Contact

cdtroswell@gaudeamusigitur.eu
+33 6 79 73 78 71

118 Bd Belles Portes
14200 Hérouville Saint-Clair
France

Lien

%d blogueurs aiment cette page :